Vue d'ensemble
Vue d'ensemble

press to zoom
Vue intérieur
Vue intérieur

press to zoom
Vue extérieur
Vue extérieur

press to zoom
Vue d'ensemble
Vue d'ensemble

press to zoom
1/5

Sucre, acrylique, contenants en verre. Le local, Reims, France, 2020. © Thomas Schmahl.

LE RELAIS DES GOURMETS //

"Clin d’oeil malicieux, le titre de cette exposition fait référence, comme souvent dans la pratique de l’artiste rémois Léo Sallez (né en 1993), à l’histoire du kiosque des basses promenades, autrefois occupé par divers commerces et cafés. L’artiste s’inspire en effet des lieux qu’il investit pour y opérer une transformation joyeuse des formes et des matières.

Pour son exposition au local, Léo Sallez présente un kiosque qui revêt à nouveau une allure de salon de thé. Tout semble familier, et pourtant rien ne coïncide avec la supposée fonction du lieu. Le mobilier, entre design contemporain et établi d’un bricoleur, brouille les pistes : il ne ressemble en rien à celui des cafés ni aux socles des sculptures. Si quelques tables nous invitent à entrer, les glaçages et les meringues, d’un bleu aussi séduisant que chimique, semblent sortis tout droit d’un film de science fiction des années 70, dont les effets spéciaux bricolés produisent une esthétique à part entière.

Dans une cuisine qu’on imagine transformée en laboratoire de chimie, l’artiste mène des expériences : sans recettes écrites ni savoirs scientifiques précis, il cherche à associer le sucre et la peinture, produisant des formes expansives entre la pâtisserie, le monochrome, la sculpture et le glitch numérique.

Plus largement, on perçoit dans le travail de Léo Sallez l’intérêt, ou plutôt le goût – puisqu’il s’agit bien de cela – de Léo Sallez pour les techniques et leurs évolutions, pour la matière et ses différents états, pour les transformations et les métamorphoses."

Texte – Leïla Couradin, commissaire de l'exposition, février 2020.